L'ARPET vous conseille ! - la littérature polonaise

Raccourcis Pictos (YaKaLire)

 

L’Arpet se réunit toutes les 6 semaines autour de leurs lectures.

Ses membres ont lu et apprécié la littérature polonaise, ils vous conseillent quelques romans.

 

 

La petite fille au manteau rouge - Roma LIGOCKA

OPAC Détail de noticeEn 1993, l'auteur Roma Ligocka est invitée à assister à la projection de la Liste de Schindler de Steven Spielberg. Elle reste pétrifiée durant la scène où une petite fille en manteau rouge traverse le ghetto de Cracovie. Elle se reconnaît ! Tous les souvenirs reviennent alors et elle se libère, elle écrit sa vie.

Elle est née dans une famille aisée. A trois ans, en 1941, elle est enfermée avec sa famille dans le ghetto et c'est la sinistre remontée de tous les souvenirs. C'est bouleversant.

En 1943 avec sa mère, ses cheveux noirs teints en blond, elles réussissent après des années de terreur, de cachettes, à survivre.

Et la vie continue, la griserie de la libération, le couvercle de plomb du stalinisme en Pologne, la survie d'une juive dans ce pays.

Elle devient directrice de théâtre et peintre, mais peine toujours à se reconstruire et écrire toute son existence va peut-être l'aider à survivre.

 

 

Les neiges bleues - Piotr BEDNARSKI

OPAC Détail de noticePiotr Bednarski est né en 1934 en Pologne. Déporté avec les siens durant la guerre, il sera le seul rescapé de la famille. Il est l'auteur de nombreux romans, de nouvelles et de poèmes. Les neiges bleues est son premier roman traduit en français.

Ce petit livre aux brefs chapitres nous introduit dans un monde
fascinant : la Sibérie des années 1940. Nous sommes au cœur du système répressif  soviétique, dans l'antichambre du goulag. L'histoire est racontée par un petit garçon de huit ans, Pieta. L'action se déroule dans une petite ville de Sibérie habitée par des autochtones, des descendants d'exilés, des russes assignés à résidence. Ils sont tous sous la surveillance du NKVD. Chaque chapitre est empreint de poésie et de philosophie.

On y découvre la faim, le froid, la peur, la jalousie, les dénonciations, l’extrême dureté de l'oppresseur soviétique, mais aussi la solidarité, l'amour, l'amitié. L'humanité aussi bien que l'inhumanité.

 

 

Neuf - Andrzej STASIUK

OPAC Détail de noticeAndrzej STASIUK, né en Pologne en 1960, il est l'un des auteurs les plus en vue. Son écriture au scalpel, donne à penser à SARTRE, GENET et KAFKA.

Varsovie dans les années 90. Pawel quitte son appartement saccagé par des hommes de main du parrain de la mafia locale. Il a trois jours pour régler la dette qu'il a contractée à leur égard. Incapable de réunir la somme d'argent, il erre à travers la ville, cherchant désespérément à échapper à son destin.

Ce palpitant roman noir nous plonge au cœur de la vie de cette grande métropole et de ses habitants. L'auteur dépeint ainsi sans complaisance une Pologne en pleine mutation depuis son ouverture au monde capitaliste.

L'attention est captée par une écriture brillante, la description des personnages, perdus, esquintés, à la dérive, vivant de petits boulots ou de trafics en tout genre. Aussi la description des lieux, des rues de Varsovie en les nommant, les trajets et lignes de bus, un vrai guide pratique pour touristes ! Il faut ajouter la description des poursuites, de la violence, du tableau noir de la pègre et autour de tout cela, des filles perdues rêvant du dernier jean à la mode.

Ce titre énigmatique trouve sa signification dans le roman. Saurez-vous la trouver ?

 

 

Taksim - Andrzej STASIUK

OPAC Détail de noticeDeux fripiers, Pawel et Wladek, des loosers qui sillonnent les marchés de « l'arrière-cour de l'Europe » à bord d'une improbable camionnette sur d'improbables routes, pour vendre les rebuts de fripes des pays occidentaux.

Avec une ironie cinglante, l’auteur raconte leur périple dans les endroits les plus invraisemblables et les plus pauvres, en général sales, poisseux et puants, pour écouler leurs stocks de fripes. Mais les choses se compliquent lorsque Wladek tombe amoureux d'Eva, la belle caissière d'une attraction foraine.

Ce livre est rempli de moments de bravoure, de pannes de leur véhicule, de cuites carabinées, de bagarres dignes d'un western.

Andrzej Stasiuk nous montre aussi le désir des habitants de partir de ces régions , leur xénophobie et leurs angoisses.

Ce récit est quelquefois difficile à suivre car il n'est pas linéaire, les périodes se télescopent et les lieux sont souvent flous.

 

 

Les toutes premières choses - Hubert KLIMKO

OPAC Détail de noticeLe voyage initiatique plus ou moins autobiographique d’un jeune polonais, peuplé de tranches de vie loufoques et bouleversantes, sur les routes d‘Allemagne, d'Angleterre et d'Islande.

L’auteur ne se prend pas au sérieux, il amorce  son histoire avec une autodérision bien affichée. Il démarre son autobiographie par le récit complètement farfelu de sa naissance,  qui pose la question de dire la vérité mais également d’utiliser des subterfuges pour combler les trous de mémoire. Mais Klimko ne nous mène pas sans cesse en bateau et nous confie également une partie de sa vie, ses errances, son amour et sa quête éperdue de la belle Ulla. Visitant l'Europe et son propre passé, le jeune vagabond croisera les destinées rocambolesques d'un japonais fleur bleue diseur de bonne aventure, d'un oncle fanatique de la gelée de framboise et d'un psychothérapeute qui joue à l'hirondelle. Des rencontres aussi belles qu'insolites qui le conduiront à entreprendre une tout autre odyssée, celle de l'écriture.

 

 

La fiancée de Bruno Schulz - Agata TUSZYNSKA

Née le 25 mai 1957 à Varsovie, Agata Tuszynska est la fille d' un journaliste sportif et d' une juive rescapée du ghetto de Varsovie. En juillet 2016, elle est condamnée pour diffamation pour son livre : Wiera Gran , l'accusé.

Jozefina Szelinska, dite Juna, fut la fiancée, la compagne et la muse de Bruno Schulz, peintre et écrivain de génie, âme tourmentée, assassiné en 1942 dans sa ville natale de Drohobycz en Pologne. Mais Bruno Schulz était incapable d'aimer, accaparé par sa seule passion. Agoraphobe, il devait inexorablement s’éloigner de Juna et du monde. Elle ne l'oublia jamais, et continua de vivre avec son fantôme jusqu' à sa propre disparition, en 1991 .

OPAC Détail de notice

De cette histoire, elle ne dit rien à personne, pendant près de cinquante ans.

Bien après la guerre, Juna fait des recherches, alors que Drohobycz et toute la région ont été détruits, pour retrouver ses dessins, et faire reconnaître Schulz comme artiste.

Les faits sont rééls, certainement mais c'est un roman, jeu de l'histoire, de la mémoire et de l'imagination.

 

 

Blitz et autres histoires - Esther KREITMAN

Ces nouvelles font vivre des personnages hauts en couleur, émergeant des deux mondes auxquels Esther Kreitman se rattachait : les bourgades polonaises de son enfance et l'East End juif de Londres. Avec finesse, ironie et tendresse, elle dresse des portraits attachants, restitue l'atmosphère de ces univers disparus avec beaucoup de talent littéraire.

OPAC Détail de noticeLa nouvelle Un nouveau monde ouvre le recueil sur une note particulièrement émouvante et originale. Un bébé de sexe féminin y relate, plein d'espoir, sa venue au monde imminente puis l'amère expérience du rejet maternel et familial, en raison de son appartenance au sexe faible. C’est l’écho au sort tragique d'Esther, placée en nourrice par sa mère qui refusa longtemps de la voir. Avide d'apprendre, de lire et d'écrire, à l'instar de ses frères plus jeunes, elle se heurte au refus catégorique de ses parents d' échapper à sa condition de fille.

J'ai bien aimé ce livre, ces petites fictions courtes racontées par une habile narratrice.

 

 

La scierie - Daniel ODIJA

OPAC Détail de noticeDavid Odija est né en Pologne à Slupsk en 1974. Il a écrit des recueils de nouvelles, de romans et de pièces de théâtre. Comme beaucoup d’auteurs de sa génération, il décrit les effets du changement politique et économique sur la société de son pays.

Dans ce roman, Józef Mysliwski est bien décidé à faire fortune, et après la chute du communisme, même au fin fond de la Pologne, tout lui paraît possible. Il commence par un élevage de renards, puis achète une scierie. Dans son Activisme et sa volonté de réussite à tout prix, son épouse Maria n'est qu'un accessoire, et son fils Krzysztof un étranger. Mais lorsqu'il embauche un jeune commercial roublard afin de développer l'entreprise, les choses commencent à tourner mal… Le récit de l'ascension et de la chute de Józef Mysliwski est bien entendu ancré, dans la réalité de la Pologne contemporaine.

L’auteur tout au long de l’ouvrage décrit avec beaucoup de poésie et de réalisme les lieux, les situations et les événements. La crudité de langage et son attitude méprisante et violente envers les femmes choquent. Toutes les situations sont poussées à l’extrême par le fait que tous les acteurs du roman sont saouls en permanence.

J’ai eu du mal à me mettre dans le livre, j’ai dû le lire deux fois pour m’y retrouver, on y trouve pourtant des thèmes de réflexion sur la vie, nos liens avec la nature, la déchéance, la vieillesse et la mort.

 

 

Tchatche ou crève - Dorota MASLOWSKA

Dorota Maslowska est née en 1983. Elle poursuit d’abord des études de psychologie à l’université de Gdansk puis à Varsovie. Son premier roman, écrit alors qu’elle est encore au lycée reçoit un accueil mitigé très critiqué « vulgaire, cynique, simple » pour les uns, il est considéré comme « frais et novateur » pour d’autres. Elle écrit son deuxième roman « Tchatche ou Crève » à 21 ans. Il reçoit le prix Niké, l’équivalant du prix Goncourt en Pologne.

OPAC Détail de noticeCe roman nous plonge dans une Pologne, où « tout le monde habite en HLM où le chômage explose, les jeunes ont peur d’aller à l’école parce que les autres leur piquent leur fric et leur portable ». S’y rencontrent des personnages à la dérive qui vont et viennent dans un récit complètement déconstruit et d’un humour grinçant. Pour décrire ce monde désabusé, le vocabulaire est volontairement empreint de mots crûs de fautes grammaticales que l’auteur revendique. Mais le texte ne se limite pas à un alignement de gros mots, il renferme aussi des exclamations qui pourraient se loger dans des vignettes de bandes dessinées. De plus, l’auteur déconstruit aussi les mots parodiant le parler populaire.

Son premier roman Polococktail party ayant été démoli par la critique, son humour se fait ici plus féroce vis-à-vis de ses détracteurs.

Déroutant au premier abord, ce second roman de Dorota Maslowska, du fait de sa construction et de son langage, n’en est pas moins intéressant dans sa détermination à ridiculiser une certaine « polonité » qui contribue à maintenir le repli du pays sur lui-même. Phénomène qui n’est par ailleurs pas propre à la Pologne et que l’on voit se généraliser un peu partout dans le monde. C’est en ce sens que ce livre peut nous interpeller et nous amener à nous interroger sur la marche du monde tel qu’il va actuellement.

 

 

Le roi de cœur - Hanna KRALL

Hanna Krall est née à Varsovie en 1935. Elle est journaliste, reporter et écrivain dramaturge. D’origine juive, elle a survécu à l’occupation allemande cachée dans une famille polonaise.

OPAC Détail de noticeIzolda nous décrit sa vie dans le ghetto de Varsovie, son mariage avec Shayek Wolf. Ce dernier, étudiant la médecine, lui trouve un poste à l’hôpital. Elle s’occupe des malades atteints du typhus, maladie qui se répand très vite et dont on meurt. Elle arrive à en sortir, mais son mari est interné à Auschwitz. Soupçonnée de travailler pour la résistance polonaise, elle est arrêtée et conduite à la Gestapo. On la torture mais elle repart à la prison. Elle est envoyée à Auschwitz où des scènes terribles se déroulent sous ses yeux.

Ce roman est assez difficile à lire à cause de la façon très hachée du récit, de petits paragraphes qui nous content la vie de beaucoup de personnages entourant la narratrice.

  

Bonnes lectures !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.